Vous vivez votre vie, ou du moins vous vivez une vie, et je dirais même que vous ne la vivez pas, vous la subissez.

Parce que vous en êtes là où vous en êtes aujourd’hui, parce que vous avez fait des choix.

Ces choix n’étaient pas forcément conscients, vous avez peut-être subi l’effet de masse, c’est-à-dire que vous avez suivi le mouvement, on vous a dit qu’il fallait faire des études, qu’il fallait avoir des diplômes pour avoir un bon job.

On vous a dit aussi de bien choisir votre partenaire, parce qu’il fallait vous marier et avoir des enfants.

Tout ça, entre autres, c’est ce qui vous a mené là où vous en êtes aujourd’hui.

Mais il se peut que vous n’ayez pas pris conscience que vous pouvez choisir votre vie.

Vous avez cette liberté-là, vous avez la possibilité de faire tout un tas de choses.

Tout cela dépend pas des diplômes, des compétences ou connaissances que vous avez aujourd’hui, de l’argent que vous avez pu gagner, de la qualité que vous pouvez avoir en tant que personne, ou bien encore quelque part, de votre motivation ou de votre ambition.

Une chose est sûre aujourd’hui, c’est que vous avez la liberté de tout un tas de choses, sauf qu’il faut en prendre conscience pour pouvoir l’utiliser.

Vous vous dites peut être qu’aujourd’hui, vous êtes salarié, et que vous ne pourriez jamais être entrepreneur, que vous ne pourriez jamais gagner beaucoup d’argent, que vous ne pourriez pas avoir la vie que vous voulez, parce que vous n’avez pas les diplômes, parce que vous n’avez pas connaissance, parce que vous n’avez pas de compétences, et parce que de toute façon, il faut arrêter de rêver, vous n’êtes pas tailler pour être un entrepreneur, ou être un millionnaire.

 

 

Choisir sa vie

 

Et ça, c’est ce qui vous bride, c’est ce qui vous met des freins, c’est ce qui vous met dans une prison, qui vous fait penser aujourd’hui que vous n’avez aucune liberté pour choisir votre vie.

C’est une énorme erreur que de penser que votre vie dépend de ce que les autres pensent et peuvent imaginer comme vie pour vous.

Dès l’instant où c’est votre vie, vous êtes en vie aujourd’hui, vous ne savez pas pour combien de temps, alors prenez la liberté de faire de votre vie celle que vous voulez qu’elle soit.

Choisissez là, ne la subissez pas, faites des choix pour déterminer ce qui vous convient, ce que vous voudriez dans votre vie.

Et n’ayez pas cette attitude où vous êtes une victime de la vie, une victime de l’économie, une victime du système du travail, une victime système scolaire, une victime de l’état du gouvernement, du pays dans lequel vous êtes.

Vous avez cette liberté de choisir, vous avez cette liberté d’action, qui peut vous permettre d’aller là où vous voulez, et donc de choisir la vie que vous voulez.

Gardez bien en tête que vous ne méritez absolument rien, parce que vous vous comportez bien, parce que vous rentrez dans la norme, parce que vous ne sortez pas du lot, parce que vous êtes poli, parce que vous êtes gentil, parce que vous êtes serviable.

Vous ne méritez pas la vie que vous voulez, vous ne méritez pas parce que sur le fond, vous n’avez rien fait pour avoir quoi que ce soit.

On ne mérite pas quelque chose parce qu’on se comporte bien, faut arrêter de penser qu’on est à l’école et qu’on aura un bon point parce qu’on est poli.

Par contre, vous pouvez avoir de l’argent parce que vous faites ce qu’il faut pour en gagner.

Là, vous allez mériter quelque chose, parce que vos actions vont vous rapporter quelque chose à un moment donné.

Mais si vous pensez que parce que vous êtes gentil, agréable, poli, serviable, honnête, franc, etc, que vous méritez d’avoir une meilleure vie si vous pensez que les gens profitent de vous, abusent de vous et sont méchants avec vous alors que vous ne méritez pas, vous vous trompez d’approche.

Vous êtes dans le faux, complètement, vous ne méritez rien, à proprement parler.

Si vous ne faites rien de votre vie, si vous n’utilisez pas les choix que vous avez à disposition, si vous n’utilisez pas la liberté que vous avez à disposition, dans ce cas-là, vous ne mériterez absolument rien.

Je voudrais vous donner quelques pistes, qui vont vous permettre une certaine réflexion, et qui vont vous amener à faire des choix pour enfin décider de choisir votre vie.

J’ai légèrement abordé le sujet, en vous disant que vous pouvez choisir la vie que vous voulez, si vous sortez de la masse.

Si vous ne vous comportez pas comme la majorité des gens, si vous subissez un emploi, vous ne choisissiez pas votre vie.

Vous avez décidé de signer le contrat de l’emploi que vous avez aujourd’hui, on ne vous a pas mis le couteau sous la gorge, on ne vous a pas forcé à le faire, on ne vous a pas fait de chantage.

Vous avez décidé de choisir, de signer ce contrat de travail, qui aujourd’hui, dans cet emploi-là, fait que vous avez une vie qui vous semble misérable, qui ne convient pas et qui vous fait du mal.

Donc la première des choses à faire, c’est dites-vous bien que si vous continuez à faire ce que tout le monde fait, vous aurez exactement le même résultat que ce que vous avez aujourd’hui, et ce que des millions de gens ont aujourd’hui.

Sortez de la masse, faites les choses autrement, de façon à ne pas rentrer dans cette espèce de moule, qui vous mènera au même endroit que tout le monde, à une vie que vous subissez, et non pas une vie que vous choisissiez.

 

 

Prendre la direction de sa vie

 

Dans cette approche-là, la deuxième chose à prendre en ligne de compte, et à réfléchir, c’est qu’il vous faut faire un choix différent, mais pas forcément à l’opposé.

Un exemple que j’utilise souvent, c’est celui de la perte de poids.


Envie de vivre d'un business sur internet ?

FORMATION OFFERTE

Pour gagner plus et être libre de tout faire...

Et profiter de la vie

Inscrivez votre prénom et votre email puis cliquez sur le bouton.

 

privacy Données confidentielles.


Aujourd’hui, vous avez peut-être 50 kilos de trop, et vous vous dites « si je veux perdre du poids, il faut que j’arrête de manger ».

Sauf que vous avez tendance à grignoter tous les jours, et de manière quantitative.

C’est pas parce que vous allez à l’opposé, soit ne plus rien manger que votre corps va éliminer le surplus de graisse que vous avez, ces fameux 50 kg.

Bien au contraire, vous allez l’affoler, tout comme vous allez perturber votre cerveau.

À ce moment-là, votre corps va être en dysfonctionnement, et ça va être plus compliqué, et vous risquez d’être malade, et vous risquez d’abimer votre corps, plutôt qu’autre chose.

Donc, au lieu de faire un choix à l’opposé, pensez à faire un choix différent.

Bien sûr, on va parler de sport, on va parler de régime, mais on peut aussi parler de psychologie.

Il est évident que le bien-être dans votre tête va se voir sur votre corps.

Donc peut-être qu’au lieu d’aller sur un régime, au lieu d’aller sur du sport, peut-être travaillez sur vous-même, parce qu’il y a forcément quelque chose qui ne va pas.

Alors si la cause est physique, il faut peut-être se faire soigner.

Mais bien souvent, elle est psychologique, travaillez sur vous-même, il est important d’aller sur un chemin différent, d’aborder la cause sous un autre angle, pour pouvoir trouver ce qui va vous permettre d’être différent, et donc de perdre ces 50 kg.

Une fois de plus, ne soyez pas pressé, c’est pas quelque chose qui se perd en une semaine.

Donc, faites des choix différents de ce que vous avez fait jusqu’à présent, mais pas forcément à l’opposé.

Parce que l’opposé ne vous donnera peut-être pas forcément un résultat à l’opposé, c’est-à-dire ce que vous aimeriez.

Donc, réfléchissez bien à vos choix, de façon à ce qu’ils ne soient pas forcément à l’opposé, mais qui sont différents pour vous amener aux résultats que vous souhaitez.

 

 

Faire les sacrifices nécessaires

 

Ensuite, il y a une chose très claire, c’est que pour avoir la vie que l’on veut, pour choisir sa vie, il va falloir faire des sacrifices.

Ces sacrifices peuvent être très différents.

Ça peut être par exemple de comprendre que votre partenaire de vie n’est pas la personne qui vous convient.

Dans ce cas, il va peut-être falloir vous en séparer, c’est peut-être elle qui vous tire vers le bas, ou elle vous tire dans un sens qui ne vous convient pas, qui ne va pas vers la vie que souhaiteriez avoir.

Dans ce cas-là, malheureusement, il faut absolument vous en séparer.

Dites-vous bien que l‘amour, vous le retrouverez, il y a d’autres gens sur la terre, vous ferez d’autres rencontres et vous trouverez des gens différents, vous trouverez peut-être votre partenaire un peu plus en adéquation avec ce que vous êtes, et ce que vous voulez.

Mais si vous gardez quelqu’un qui vous tire vers le bas, malheureusement, vous n’avancerez pas, vous ne pouvez pas choisir votre vie parce que vous subissez aussi l’influence de votre partenaire.

Ça fait partir des types de sacrifice que vous devez avoir à faire.
Pour savoir ce que vous voulez, vous devez forcément sectionner certaines branches de votre vie, pour pouvoir avancer.

 

 

Se servir des expériences passées

 

Dans la démarche, pour choisir votre vie, une chose qu’on oublie aussi bien souvent, c’est que vous avez eu des expériences passées.

Si vous vous retrouvez dans le même type de situation, d’une expérience que vous avez déjà vécue, faites le rapprochement et posez-vous des questions.

Servez-vous de ce que vous avez vécu, de comment vous avez réagi, des choix que vous avez faits, et de voir les résultats que ça a donnés.

Si ce parcours-là, sur la première expérience, n’a pas donné ce que vous souhaitez, et bien dans ce cas, si vous vous retrouvez dans la même situation, ne refaites pas la même erreur.

Ne reproduisez pas le même processus de réflexion et d’action, cela ne vous mènera qu’au résultat que vous avez eu précédemment.

Vous ne faites encore pas le choix de votre vie.

Le choix de votre vie passe aussi par le fait de vous découvrir, de savoir ce qui vous convient, de ce qui vous va, de ce que vous voulez.

Soyez respectueux de ce que vous êtes.

Vous ne devez pas être ce que les autres veulent que vous soyez.

Donc, utilisez vos expériences passées pour pouvoir faire ce qui est en adéquation avec vous-même, peut-être au détriment des autres, mais c’est comme ça que cela fonctionne.

Vous devez être au moins en adéquation avec vous-même pour pouvoir avancer et choisir votre vie.

 

Oser pour choisir sa vie

 

Je le dis bien assez souvent, votre vie est très courte.

Vous ne savez absolument quand elle va s’arrêter.

Donc limite chaque jour est le dernier jour de votre vie.

C’est pour ça qu’il faut faire un maximum de choses.

C’est pour ça qu’il vous faut oser, plutôt que de rester passif dans votre vie.

Essayez aujourd’hui de faire un choix, essayez aujourd’hui d’ouvrir une porte, ou de l’enfoncer, s’il le faut.

Choisissez aujourd’hui d’avoir une action qui vous permette de choisir votre vie, de choisir le chemin que vous voulez prendre.

Osez plutôt que de rester passif face à la vie.

C’est une approche aussi qui est nécessaire, pour déterminer les grandes lignes de ce que vous voulez, et d’agir en conséquence.

Si vous vous limitez, que vous restez passif en vous disant « c’est la vie, il fait mauvais alors c’est comme ça », tous les résultats de cette passivité ne seront que des choses que vous subirez, et non pas des choses sur lesquelles vous aurez le contrôle.

Tant que vous n’avez pas le contrôle, votre vie ne vous plaira pas.

 

Prendre la liberté de choisir sa vie

 

J’ai déjà abordé en partie le fait que vous ayez une liberté.

Vous avez une très grande autonomie dans la vie, peu importe dans quel pays vous êtes, vous pouvez utiliser votre liberté pour faire de votre vie ce que vous voulez qu’elle soit.

Ne subissez pas votre travail, s’il ne vous convient pas, cherchez-en un autre, qui soit un peu meilleur, que ce soit en termes de salaire ou en termes de condition de travail.

Changez de ville si ça ne vous convient pas.

Si vous habitez dans une ville où il fait froid alors que vous rêvez de soleil, déménagez.

Vous pouvez le faire, rien ne vous empêche de le faire.

Si vous vous trouvez des excuses pour ne pas partir, parce que vous n’avez pas l’argent, parce que vous n’avez pas le travail, dans ce cas-là vous subissez la vie.

Vous n’êtes pas dans l’action, vous n’êtes pas dans le contrôle, vous n’êtes pas dans le choix.

Vous subissez, vous restez passif.

Donc si vous voulez aller habiter au soleil, faites ce qu’il faut, cherchez un emploi au soleil, et ensuite déménagez.

Vous finirez par avoir la vie que vous voulez, par choisir la vie que vous voulez, dès l’instant où vous aurez des actions en adéquation avec ce que vous voulez.

Ne faites pas contre mauvaise fortune bon cœur, ça ne fonctionne pas.

Vous ne pouvez pas vous contenter d’un job parce que soi-disant vous vous êtes mis des barrières à cause de vos diplômes, de vos compétences, etc, alors que vous avez peut-être la possibilité d’avoir un autre job, qui soit plus en adéquation avec vous, qui soit plus dans l’utilisation des connaissances et des compétences que vous avez dans un domaine complètement différent, qui va vous permettre aussi de mieux vivre votre vie.

Dans ce cas-là, vous êtes plus dans un choix de vie, plutôt que dans le fait de la subir.

 

Provoquer les opportunités

 

Ensuite, ne croyez pas à la chance, la chance n’existe pas.

C’est qu’une question d’opportunité, et ne soyez pas une fois de plus passif, ne soyez pas dans l’attente des opportunités, mais provoquez-les.

Tout à l’heure, je parlais d’enfoncer les portes.

Quelques fois, il suffit de demander un coup de main à quelqu’un.

Quelquefois, il suffit de demander une information, il suffit de demander un contact, pour pouvoir faire telle ou telle chose.

La machine peut s’enclencher et vous pourriez arriver à ce que vous voulez.

Mais tant que vous n’avez pas cette démarche-là de provoquer les opportunités, vous n’avez pas le choix de votre vie.

Vous la subissez constamment, en utilisant uniquement les opportunités qui passent à ce moment-là.

Sauf que les opportunités qui passent à ce moment-là ne sont peut-être pas celles qui vous feront prendre le chemin de la vie que vous souhaitez avoir.

Le choix de sa vie, c’est quelque chose qui est simple dès l’instant où vous prenez vraiment conscience de ce que vous voulez, et que vous êtes sur une démarche pour faire ce qu’il faut, pour l’avoir.

Vous n’avez pas de choix à faire. Vous faites ce que vous avez à faire pour avoir la vie que vous voulez.

Mais faut-il encore décider d’avoir une vie, plutôt que de la subir.

Aujourd’hui, vous la subissez, c’est indéniable, mais posez-vous la question.

Qu’est-ce que vous faites, ou qu’est-ce que vous avez fait aujourd’hui ou cette semaine, ou le mois dernier, qui vous permettrait d’aller vers la vie que vous voulez, vers la vie que vous avez choisie ?

Si vous avez fait des actions, les actions cumulées les unes des autres, dans le temps, vous mèneront à la vie que vous voulez, à la vie que vous avez choisie.

Mais si vous n’avez rien fait, continuez à la subir, et surtout ne vous plaignez pas.

Si vous ne faites rien, vous n’avez pas le droit de vous plaindre.

Et si vous faites quelque chose, ne vous plaignez pas non plus parce que les résultats ne sont pas immédiats, ça prend du temps.

Peut-être que vous aurez une très belle opportunité dans une semaine, peut-être dans un mois peut-être dans 6 mois, mais peut-être aussi que dans votre tête, il y a aussi un chemin de réflexion qui s’effectue.

Et peut-être qu’il n’y a pas encore d’adéquation avec ce que vous voulez, qui vous êtes, ce que vous avez découvert de vous, et les opportunités qui passent à votre portée.

Tant qu’il n’y a pas cette jonction de tous ces évènements, de toutes ces pensées, de toutes ces actions, etc, à un moment donné, il ne se passera rien dans votre vie.

Mais il vous faut toujours garder en tête que pour choisir sa vie, il faut faire des choix, il faut faire des démarches, et que ces choix et ces démarches ont forcément une contrepartie qui n’est pas forcément très drôle, qui n’est pas forcément très agréable, mais c’est nécessaire, et c’est quasiment obligatoire pour choisir la vie que vous voulez.