Abonnez-vous

Votre entreprise n’est pas votre travail !

Il faut faire une vraie distinction entre une activité en tant qu’indépendant et la création d’une entreprise.

 

 

Pourquoi ?

Parce que, quand vous êtes en indépendant, que vous avez une activité, effectivement vous créez un travail.

Pour pouvoir avoir un salaire, pour pouvoir en vivre, pour pouvoir avoir une activité…

Qui soit dans votre passion, que vous puissiez faire les choses que vous aimez comme vous le souhaitez…

Que vous ne soyez pas dépendant d’un employeur, que vous ne soyez pas dépendant d’un salaire…

Bien évidemment, vous n’avez pas besoin de demander d’augmentation ni de caler à l’avance vos vacances…

Vous pouvez le faire comme vous voulez.

Vous pouvez travailler comme bon vous semble, ça c’est une certitude.

Cependant, entre la mise en place d’une activité, pour pouvoir effectivement générer un salaire, et avoir une activité qui vous convienne, il y a une vraie différence avec la création d’une entreprise.

 

L’exécutant

 

Parce que dans le concept de l’activité indépendante, votre activité c’est votre travail.

Dans le concept de la création d’entreprise, votre entreprise n’est pas votre travail.

Le travail à proprement parler, la partie technique, les choses faites, les actes et les actions qui sont faites ne sont pas faites par vous.

Elles sont forcément faites par quelqu’un d’autre.

Ne schématisons pas en disant que vous êtes le chef d’entreprise, vous êtes le boss, vous dirigez, vous commandez…

Vous êtes le fil rouge de l’évolution de l’activité de cette entreprise-là, de cette entité-là.

Je vous rappelle quand même que dans la partie juridique une entreprise est une personne morale.

C’est comme ça qu’on l’appelle.

C’est une personne donc elle a une naissance, elle a une évolution, elle a une maturation.

Elle se développe.

Elle a une vraie personnalité de par les valeurs que vous transmettez dans vos messages…

… dans votre charte graphique, dans votre logo, dans votre façon de faire percevoir votre activité, vos produits ou services etc. auprès de votre clientèle.

Donc il y a une vrai entité qui se dégage de ça.

Bien souvent, j’entends des indépendants dire : « j’ai créé mon entreprise ».

Non !

Vous avez créé une activité d’indépendant.

Parce que ces personnes-là, elles sont seules.

Elles font le travail seules.

Elle ne délèguent rien ou quasiment rien du tout.

Et elles font un travail avec le 8, 9, 10 ou 15 heures par jour et de cinq à sept jours par semaine.

Ce sont plutôt des personnes qui sont dans l’action, qui font travail.

Et sans vouloir faire un mauvais parallèle, mais c’est un peu les petites main à l’usine qui effectuent le travail.

Elles ne dirigent absolument pas son entreprise.

La personne qui dit : « j’ai une entreprise » et qui a une activité en tant qu’indépendant, en tant que libéral, en tant que free-lance, ce n’est absolument pas une entreprise qu’elle a créé.

C’est un travail.

Donc il a important de faire le distinguo entre les deux.

Pourquoi ?

Parce qu’en ayant une approche complètement différente, si vous créez une activité en tant qu’indépendant, vous avez votre travail.

Vous devez faire le travail.

Vous êtes la petite main qui fait le travail.

Et en restant sur ce fonctionnement-là, vous ne ferez qu’avoir un salaire à la fin du mois.

A aucun moment donné, vous ne pouvez exploser votre chiffre et devenir riche.

Il ne faut pas se voiler la face.

 

Le chef d’entreprise

 

Par contre, si vous vous positionnez comme le créateur d’une entreprise, c’est une approche qui est différente.

Vous allez réfléchir, mettre en place des stratégies et vérifier à ce que ce soit fait et mis en action par les personnes à qui vous aurait délégué le travail, à vos petites mains.

Ce n’est pas péjoratif mais vous êtes le fil qui mène d’un point A à un point B.

C’est vous qui allez avoir une vision de l’entreprise.

C’est vous qui allez avoir des idées.

Et c’est vous qui allez développer des partenariats parce que vous souhaitez faire prendre un virage particulier à votre entreprise pour aller peut-être titiller un autre domaine d’activité.

Vous êtes plus le cerveau pensant de l’entreprise que le technicien, si je peux me permettre l’expression.

Vous ne faites rien.

Je ne dis pas que vous ne travaillez pas.

Bien évidemment, il y a des choses à faire.

Mais toute la partie « manuelle », si je peux me permettre l’expression, ce n’est absolument pas vous qui le faites.

Donc si vous voulez amener votre activité d’indépendant à un niveau supérieur, il va vous falloir, à un moment donné, changer votre vision des choses.

C’est absolument nécessaire.

L’exécutant n’est absolument pas « le pensant ou le dirigeant.

Ce sont deux « postes » complètement différents et ce n’est absolument pas la même façon penser.

 

Un exemple de travailleur indépendant

 

Alors je vais vous raconter une petite histoire.

J’ai eu l’occasion d’avoir au téléphone une personne que j’ai rencontrée dans les années à peu près 2010, qui a monté une activité en free-lance.

Et on s’est un petit peu perdu de vue.

Je l’ai retrouvé dans les années 2016-2017.

Et à l’époque, cette personne, elle était absolument débordée de travail.

Elle n’en pouvait plus, elle était fatiguée.

Elle était très content d’avoir tous ses clients mais elle y passait beaucoup de temps.

Ca empiétait sur sa vie perso…

…pas toujours le temps de pouvoir organiser ses vacances.

Bref, pas l’extase, de mon point de vue !

Mais en tout cas, elle avait du travail.

Et elle avait des clients.

Et ces clients étaient ravies de cette personne-là et de son travail.

Tout était parfait « dans le meilleur des mondes ».

Sauf, qu’en l’ayant au téléphone il y a quelques jours, je discute et dans la discussion, elle me dit : « Je suis épuisée, je suis fatiguée, j’en peux plus ».

Je lui dit : « Mais enfin, quand même, à un moment donné, il y a tout un tas de petites choses que tu peux déléguer de façon à pouvoir soulager ton planning, alléger ta dose de travail et pouvoir quand même fournir à tes clients ce qu’il faut. Après, il faut s’organiser. Il faut essayer de revoir un petit toutes les procédures, le process et les services et les prestations que tu peux fournir à tes clients. Tu ne peux pas rester comme ça. Tu es à deux doigts du burnout. Vivre ce n’est pas ça non plus. Ce n’est pas se malade pour pouvoir avoir un salaire à la fin du mois. »

Ce n’est pas comme ça que j’envisage, moi, de vivre. Et c’est ce que je le lui ai conseillé bien évidemment.

Et en retour, j’ai entendu des choses comme : »Je ne peux pas déléguer. Mes clients, ils comptent sur moi. »

« Oui mais tu est peut-être unique, exceptionnelle, extraordinaire, avec un peu d’humour, mais tu n’es pas le centre du monde. Il y a d’autres personnes qui sont capables de faire ton job, de faire tes actions, de fournir tes prestations. Rien ne t’empêche de jeter un œil derrière, de vérifier. Voire de former les personnes à qui tu vas déléguer ça si tu as besoin vraiment de compétences particulières et que tu ne trouves pas forcément des personnes qui ont ses capacités, compétences et connaissances-là. Mais pour autant, il y a des personnes qui sont capables de faire la même chose que toi. »

 

Se détacher du travail

 

Et en fait, au fur et à mesure de la conversation, je me suis aperçue qu’il y avait une espèce de dépendance avec ce travail.

Cette personne-là part du principe que si elle est reconnue et appréciée de ses clients, ça lui permet d’avoir un certain bien-être, un certain équilibre.

Sauf que votre bonheur ne dépend pas du « bien-être de vos clients ».

Avoir un besoin de reconnaissance, c’est quelque chose qu’on voit très souvent sur des personnes qui ont des profils de technicien, ceux qui font travail.

Alors qu’un chef d’entreprise, certes, on a tous besoin de reconnaissance et d’appréciation mais c’est beaucoup moins flagrant chez le dirigeant, chez le chef d’entreprise, chez le penseur, celui qui a une vision de son entreprise.

Dès l’instant où elle était sur cette optique-là, d’avoir ce besoin de reconnaissance, d’en être limite addict et bien forcément, il y avait une position vis-à-vis de son entreprise qui n’existait pas.

Il y avait juste une position de travailleur avec un salaire à la fin du mois.

Alors si vous voulez vraiment développer votre activité, il faut absolument détacher de ce système-là qui est d’être un technicien, de faire celui qui travail, celui qui fait les choses et qui attend un salaire à la fin du mois.

Mais plutôt celui qui a une vision de ce que peut devenir son entreprise.

 

Faire la transition

 

Alors la première des choses à faire c’est déléguer.

D’abord, faites une analyse de vos prestations, de vos produits, des actions que vous faites au quotidien.

Voyez ce que vous pouvez déléguer.

Alors de préférence ce qui ne vous plaît pas en priorité.

Puis définissez toutes les actions que vous pouvez déléguer.

Ensuite, établissez éventuellement un profil de la personne qui pourrait correspondre.

Ne rentrez pas trop dans les détails.

Et mettez-vous en quête de 1, 2, 3 ou 4 personnes dont vous avez besoin pour pouvoir faire le travail que vous ne voulez plus faire.

A partir de là, vous allez pouvoir vous dégager du temps, prendre un peu de hauteur, prendre un peu de recul.

Et peut-être que vous allez, tout doucement, vous diriger vers justement cet état d’esprit de chef d’entreprise avec une vision pour son entreprise et ainsi vous débarrasser de ce côté « je suis un travailleur, je suis un exécutant et je prends un salaire à la fin du mois »…

… Comme donc un freelance, un indépendant qui a monté son activité.

 


Envie de vivre d'un business sur internet ?

24H D’ACCES OFFERTS

Pour gagner plus et être libre de tout faire...

Et profiter de la vie

Inscrivez votre prénom et votre email puis cliquez sur le bouton.

 

privacy Données confidentielles.