Précédemment, j’avais déjà abordé le sujet « comment devenir proactif ». Etre proactif est une attitude quotidienne.

Ça vous donnait déjà une première tendance des modifications que vous avez à faire dans votre mode de réflexion, pour pouvoir vous adapter à votre nouvelle vie d’entrepreneur, ce qui vous permet de commencer à mettre un pied dans la proactivité.

Aujourd’hui, j’aimerais aller un peu plus loin, et aborder d’autres particularités dans le mode de réflexion, pour pouvoir être proactif en tant qu’entrepreneur.

Donc, comment être proactif ?

 

Etre proactif en étant positif

 

Je parle d’avoir une vision positive.

La vision positive, elle se développe au fur et à mesure, dans votre façon d’aborder les choses, dans votre façon de réceptionner des informations, dans votre façon de traiter des problèmes qui peuvent surgir…

Mais au-delà du fait de la développer, il faut aussi la garder, car il y a des jours où on est fatigué, où on n’a pas le moral, où l’accumulation de problèmes finit par vous user.

Pour autant, vous devez combattre aussi cette usure, vous devez combattre cette fatigue.

Vous devez combattre les pensées négatives.

Il faut absolument garder une vision positive.

Positive en tout, gardez à l’esprit que plus vous êtes actif, plus vous avez de résultats, plus vous avez de réussites, plus petit à petit vous arriverez à atteindre vos objectifs.

Mais il ne faut absolument rien lâcher.

 

 

Il y a des entrepreneurs qui ont réussi, mais ils n’ont pas réussi du premier coup, ils ont fait tout un tas de choses avant.

Ils ont dû peut-être avoir des refus, ils ont eu d’autres échecs qui les ont menés à leur réussite par la suite.
Mais avant d’arriver à leur réussite, ils se sont battus.

Ils ont gardé cette énergie positive, ces pensées positives, cette vision positive de leurs buts à atteindre.

Parce que sans ça, ils se seraient arrêtés en cours de route.

Sans ça, vous allez effectuer une première démarche d’entrepreneur, vous allez peut-être commencer votre première activité.

Si c’est un échec, ce n’est pas un échec, puisque comme je vous l’ai déjà dit précédemment, cet échec, c’est une situation qui ne vous convient pas, et qui est une conséquence des actions que vous avez faites.

Donc il faut modifier les actions pour modifier les résultats.

Mais en ne réussissant pas à votre première expérience, mais en gardant cette vision positive, vous allez tenter une deuxième approche, peut-être sur un autre marché.

Vous allez peut-être avoir une autre idée. Peut-être que vous allez développer une autre entreprise, dans un autre domaine, ou même dans un autre pays, peu importe.


Envie de vivre d'un business sur internet ?

FORMATION OFFERTE

Pour gagner plus et être libre de tout faire...

Et profiter de la vie

Inscrivez votre prénom et votre email puis cliquez sur le bouton.

 

privacy Données confidentielles.


Et c’est ce qui va vous permettre, dès l’instant où vous marchez, que vous avancez, c’est ce qui va vous permettre d’atteindre à un moment donné, votre réussite.

Il n’y a pas de réussite sans peine, sans persévérance.

Ça, c’est vraiment quelque chose qu’il faut garder à l’esprit, parce que c’est votre optimisme, votre positivité au départ, qui va vous permettre d’avancer.

Si vous perdez cette vision positive, vous perdez votre but à atteindre.

Donc, au-delà de développer votre vision positive, il faut absolument que vous employez des mots, avoir une attitude, avoir une démarche qui soit toujours, toujours dans la positivité.

Pour ne pas couper votre élan, et surtout pour pouvoir vous permettre d’atteindre vos objectifs.

 

 

Se focaliser sur ce qui est contrôlable

 

Dans cette démarche-là, vous devez vous focaliser sur ce qui est contrôlable.

Si vous avez une boutique, qu’il fait mauvais temps, que vous ne faites pas de chiffre, et que vous vous dites « c’est à cause du temps ».

Je vous dis que vous êtes dans l’erreur, je vous dis que votre vision n’est pas positive, je vous dis que vous n’assumez pas vos responsabilités.

Je vous dis que vous ne vous concentrez pas sur ce qui est contrôlable.

Le temps n’est pas contrôlable, ça, c’est une certitude.

Par contre, tous vos actes de communication par exemple, ou les publicités que vous allez faire, etc. sont des choses que vous pouvez modifier.

La publicité comme la communication se foutent complètement de la météo.

Donc, mettez de côté ce qui n’est pas contrôlable, ce sur quoi vous ne pouvez pas avoir une certaine affluence, et focalisez-vous sur ce que vous pouvez changer, modifier, améliorer, ou supprimer, peu importe.

Mais ayez cette attitude-là, ce recul sur les choses, pour pouvoir vous dire à un moment donné :

  • « Ca, est-ce que je peux le contrôler ?
  • « Et ça, est-ce que je peux le modifier ? »
  • « Ca, est-ce que je peux le supprimer, parce que cela ne m’apporte rien ? ».

En fonction des réponses que vous avez, si vous pouvez agir, dans ce cas-là, vous vous concentrez effectivement sur ce qui est contrôlable.

Si vous partez du principe que c’est parce que c’est la météo, c’est parce que la conjoncture économique s’y prête pas, c’est parce qu’il y a la grève, c’est parce que c’est une période particulière…. Tout ça, des choses sont contrôlables, et d’autres ne le sont pas.

Pour autant, l’économie ne s’arrête pas, et même s’il pleut, les gens continuent d’acheter, les gens continuent de vivre.

Donc votre activité ne peut pas s’arrêter complètement, parce qu’il fait mauvais.

Mais vous pouvez bien évidemment avoir le contrôle sur votre communication et sur vos publicités par exemple, sur vos actions, afin de développer votre clientèle.

Dans ce cas-là, la partie météorologique de vos journées, vos semaines, vos mois ne rentrera plus en ligne de compte, et vous ne pourrez plus vous plaindre de la météo.

 

 

Etre proactif en gérant les priorités

 

Quand vous êtes capable de vous focaliser sur ce qui est contrôlable, à ce moment-là aussi, vous êtes capable de faire ce qui est important en priorité.

Mais aussi, ce qui est important, c’est la priorisation des tâches.

Faites ce qui est important en priorité.

Si vous le mettez de côté, vous n’êtes plus proactif.

Parce que si vous laissez traîner ce qui est important, il va y avoir des répercussions, il va y avoir des conséquences.

Dans ce cas-là, vous allez vous retrouver face à des problèmes que vous avez créés, des problèmes dont vous êtes la cause, parce que vous l’avez pas fait en priorité, alors que c’était très important.

Vous n’êtes pas dans une attitude proactive.

La proactivité, c’est de l’anticipation, mais être proactif, c’est aussi savoir gérer, prioriser ces activités, ces actions, et faire ce qui est en priorité important.

Ce n’est pas faire de petites taches, de petites actions qui vous font brasser du vent, et qui vous font pas avancer, parce que ce qui est important n’a pas été fait.

Mais la priorité des priorités, c’est une fois de plus, faire ce qui est important, en priorité, en premier.

Arrêtez de faire de petites taches de 5 minutes, qui ne vous servent strictement à rien, ou du moins qui vous ne servent pas si vous n’avez pas fait les tâches importantes précédemment.

Je ne le répète jamais assez, tout ce qui vous éloigne de vos objectifs, n’est absolument pas une priorité.

 

 

Evaluer son efficacité

 

Enfin, dans tout ça, pour être proactif, il faut aussi être capable de prendre du recul sur soi-même, de prendre du recul sur les tâches effectuées, de façon à pouvoir évaluer l’efficacité qu’elles ont.

Si vous faites des tâches et que vous estimez que vous n’êtes pas productif, que vous n’êtes pas efficace, il est temps de rectifier le tir.

Vous allez donc gagner du temps, vous allez aussi avoir le temps de réfléchir à comment vous pouvez améliorer le processus, comment vous pouvez améliorer l’efficacité de vos tâches.

Vous allez être proactif dans la mesure où vous allez pouvoir aussi anticiper, peut-être engager un nouveau prestataire, peut-être faire les choses différemment, acheter un nouveau logiciel qui va vous permettre de pouvoir justement être beaucoup plus efficace.

Ce temps de réflexion là est nécessaire, mais il est nécessaire dans la mesure où il faut être capable de prendre du recul sur vos activités, pour en mesurer l’efficacité.

Vous devez aussi apprendre à avoir cette particularité, qui est celle de l’autocritique.

 

 

Vous devez apprendre à vous évaluer, à prendre du recul sur ce que vous faites, sur ce que vous pensez, comment vous vivez, ça peut aussi être sur votre manière d’entretenir votre corps, votre bonne santé physique, mais aussi votre bonne santé mentale.

Vos relations sociales, vos relations amoureuses…. Tout ça doit être analysé, il faut absolument avoir du recul, être capable de s’auto-critiquer pour pouvoir s’améliorer.

Quand vous allez avoir cette démarche-là, vous allez être aussi capable de prévoir à l’avance certaines choses, de vous organiser différemment en conséquence de cette critique-là, et des points que vous souhaitez modifier, en décidant de vous améliorer.

Forcément, ça a des répercussions, des conséquences.

C’est en réfléchissant à ces conséquences-là que vous êtes déjà dans la proactivité.

Donc, n’oubliez pas de faire attention à qui vous êtes, ce que vous faites, comment vous le montrer, etc.

Le but est de s’améliorer.

Ne soyez pas toujours avec une critique négative.

C’est une analyse plus qu’une critique a proprement parlé, le mot critique peut être mal interprété, donc analysez plutôt que critiquer, de façon à pouvoir vous améliorer.

Le but, ce n’est pas de vous changer en une personne que vous n’êtes pas, le but est d’améliorer ce que vous êtes, de vous faire évoluer, pas tant changer, mais plutôt évoluer, améliorer.

C’est tout autant valable sur votre mode de fonctionnement de pensées, etc, que dans votre approche aussi vis-à-vis des autres.